Get the Flash Player to see this player.
Gouvernement du Canada
CHU Hôpital de Rouen
CRTV
FEICOM
HUG: Hôpitaux Universitaires de Genève


A la Une


De nouveau en Afrique, l’unique hôpital volant du monde arrive au Cameroun pour former les professionnels de soins oculaires PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 21 Novembre 2017 14:59

De nouveau en Afrique, l’unique hôpital volant du monde arrive au Cameroun

pour former les professionnels de soins oculaires

Célébrer la Journée internationale de la vue et sensibiliser sur la nécessité de prévenir la cécité infantile

 

À l’invitation du Premier Ministre, Chef du gouvernement, le MD-10 d’Orbis International, seul hôpital universitaire volant accrédité par les États-Unis, s’est posé le 8 octobre 2017 pour la troisième fois sur le sol camerounais. Il a offert, du 9 octobre au 3 novembre 2017, un programme de formation ophtalmologique d’une durée de quatre semaines à Yaoundé. Accueilli par le Ministère de la Santé publique (MINSANTÉ) et organisé par un comité interministériel, ce programme visait à soutenir le travail d’Orbis Africa en cours dans le pays à travers le renforcement de la capacité clinique et opérationnelle des professionnels de la santé oculaire dans ces hôpitaux partenaires à l’instar de l’hôpital central de Yaoundé (HCY) et l’hôpital de référence Magrabi ICO Cameroon Eye Institute (MICEI), avec un accent particulier sur l’offre de soins ophtalmologiques pédiatriques.

Le programme de l’hôpital volant a fourni des formations pratiques allant du niveau élémentaire au niveau intermédiaire et une formation en laboratoire humide afin d’améliorer les compétences chirurgicales des médecins à l’hôpital central de Yaoundé, à la MICEI et dans d’autres régions. Ce programme a mis l’accent sur cinq sous-spécialités : le strabisme, la cataracte, les soins médicaux et chirurgicaux  de la rétine, le glaucome chez l’adulte et l’enfant et la chirurgie oculoplastique. De même,  différents ateliers ont été organisés, notamment en orthoptique, en réfraction, en diagnostic ophtalmique, en maintenance et réparation de l’équipement. Par ailleurs, le programme a offert une formation médicale continue aux infirmier(e)s, anesthésistes, ingénieurs biomédicaux et aux techniciens nationaux à travers des présentations, des discussions de cas, des observations, des symposiums et des formations pratiques.

En tirant profit de la présence de l’hôpital volant de grande renommée, le programme avait pour but de célébrer la Journée Mondiale de la Vue (12 octobre) en sensibilisant le public sur l’importance d’une prévention efficace contre la cécité, en particulier la cécité infantile, au Cameroun.

Le Cameroun est situé en Afrique centrale et compte 24,63 millions d’habitants, avec à nos jours 72,1% de la population âgés de moins de 15 ans. Les données épidémiologiques sur les maladies ophtalmiques du pays sont limitées mais, la demande en soins oculaires est élevée. Sur la base des informations disponibles, la cause principale de la cécité évitable est la cataracte, suivie du glaucome, de l’onchocercose, du trachome, de la cicatrisation cornéenne et des troubles de la réfraction.

Comme dans plusieurs pays à revenu faible ou moyen, le Cameroun a besoin de plus de personnel formé. Actuellement, il existe environ 73 ophtalmologues dans le pays et environ 100 000 le nombre d’adultes et d’enfants aveugles ou malvoyants vivant à Yaoundé et dans les localités avoisinantes.

En 2012, le Premier ministre, Son Excellence Philémon Yang, a invité Orbis au Cameroun afin de soutenir l’investissement dans les services ophtalmologiques de haute qualité. En 2013, Orbis a mené avec succès une mission à bord de l’hôpital volant à Yaoundé, avec à la clé la signature d’un partenariat avec le HCY pour mettre sur pieds en 2014 un programme d’offre de services des soins ophtalmologiques complets.

Le Président Directeur général d’Orbis International, Bob Ranck, a déclaré : « Orbis est honoré du soutien remarquable apporté au programme du Flying Eye Hospital par le Premier ministre et son Cabinet et des projets à long-terme avec nos partenaires locaux. » Il a ajouté que : « Le Cameroun est un modèle sur le continent africain ; un modèle pour illustrer ce qui peut être réalisé lorsque le gouvernement met un point d’honneur sur la qualité des soins ophtalmologiques offerts aux citoyens comme la demande de services dans le pays est élevée. »

En collaborant avec le gouvernement et ses partenaires, l’objectif d’Orbis est de permettre l’accès universel aux soins ophtalmologiques pour tout le monde au Cameroun. La réalisation de cet objectif nécessite des changements majeurs dans l’approvisionnement des consommables, l’accessibilité financière et requiert un dépistage oculaire obligatoire avant la délivrance du permis de conduire. Une solution durable pourrait être trouvée à travers des partenariats privés-publics qui renforceront le système des soins de santé dans le but de faire perdurer les améliorations.

 
La fête annuelle 2016 de l’HCY Sous le signe de la baisse de la mortalité! PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 28 Décembre 2016 00:00

La grande particularité de l’année 2016 aura été d’avoir vu célébrer deux éditions successives de la fête annuelle de l’établissement hospitalier. La première en janvier (33e édition) et la seconde (34e) en décembre. Par le passé, la grande cérémonie de l’excellence se tenait tous les derniers vendredis du mois de décembre.

Ce mardi 20 décembre 2016, la célébration de la distinction s’en est allée avec ses 35 personnels félicités pour s’être illustrés par la qualité de leur travail tout au long de l’année. Les personnes ainsi distinguées ont été choisies ou élues de manière démocratique et objective par des collègues d’un même service en raison de leurs bonnes relations humaines, de la culture du travail en groupe, de leur présence effective au lieu de service, de leur rigueur et de leur abnégation au travail. Un total de 27 autres personnels s’est vudécerné des diplômes et des cadeaux en signe d’a dieu pour départà la retraite

Dans son mot de bienvenue, le Directeur de l’hôpital,  monsieur le professeur PIERRE JOSEPH FOUDA, a relevé que l’année 2016 aura été très difficile pour sa formation sanitaire. Elle aura été accusée pour un certain nombre de maux : le décès de quintuplés, la mauvaise gestion des poches de sang, les déchets hospitaliers dans l’environnement de l’hôpital, la réclusion des accouchées. Le Directeur de l’hôpital a fait état des efforts réalisés dans ces quelques domaines :

<<Depuis deux ans nous travaillons,grâceà l’appui de nos partenaires à savoir PEPFAR, CDC, SAFE BLOOD AFRICA, le programme national de transfusion sanguine, àaméliorer la sécurité transfusionnelle de notre banque de sang. Elle est aujourd’hui engagée dans l’accréditation internationale des banques de sang au niveau africain. Nous mettons en circulation du sang complètementsécurisé. Pour éviter toute confusion, nos poches de sang sont désormais reconnaissable par une étiquette code barre qui permet la traçabilité de notre poche de sang. Par ailleurs nous mettons à disposition les dérivés du sang à savoir le plasma frais congelé et les plaquettes.

Notrematernité accouche 4500 femmes en moyenne par an, soit 300 accouchements par mois. Les risques d’accouchements prématurés et de détresse fœtale sont grands. Il était donc impératif de créer une unité de néonatalogie qui est aujourd’hui fonctionnelle. Celle-ci est composée d’une section couveuse avec 05 appareils, une section mère kangourou et une section nouveau-nés à terme en état de détresse.

Des déchets hospitaliers constituent un véritable danger public d’autant plus qu’ils se retrouvent dans la nature. Nous avons avec l’appui du CHU DE MONTPELLIER notre partenaire, formé le personnel, mis en place les procédures de tri,  de transport et de destruction, et pour terminer la rénovation et la mise en service de l’incinérateur. Il faut dire que pendant ce temps, nous avons construit un incinérateur de faible capacité.

Concernant les femmes qui accouchent et qu’ils ne veulent pas payer les frais, il faut dire que nous maintenons notre politique à savoir aucune femme ne doit mourir en donnant la vie. Mais cela nous coute cher. Rien qu’au niveau  de notre pharmacie, nous accusons une perte de 8000000 FCFA depuis 2014,  sans compter les frais d’opération, les transfusions sanguines, et les frais d’hospitalisation. Je demande aux couples d’aider l’hôpital dans cette politique. Cependant nous devons aussi reconnaitre que la grossesse dur 09 mois, donc doit se préparer>>.

Baisse de la mortalité

 

A la suite des directives de monsieur le ministre de la santé publique faisant suite à des dérives observées dans certains hôpitaux publics, des correctifs ont été apportés relativementà l’accueil, à l’orientation et à la prise en charge des patients dans les formations sanitaires publiques :<< L’hôpital central, plus que par le passé s’est engagé résolumentdans le renforcement de ces mesures qui étaient déjà siennes. L’accueil et la prise en charge des malades est en constante amélioration. Ceci a permis de réduire le taux de mortalité qui est passé de 11,46 pour mille en 2015 à 6,58 en 2016. On note aussi une légère baisse de la mortalité maternelle  qui de 53,11 pour cent mille  en 2015 à 52,66 en 2016. Le séjour moyen en hospitalisation est passé de 4,46 en 2015 à 5,39 en 2016. Cette évolution dénote l’amélioration permanente  de la prise en charge de nos patients, bien que leur situation d’indigence soit un handicap. Ce qui se traduit par l’augmentation du séjour moyen d’hospitalisation. Il faut noter que les décès enregistrés sont ceux des femmes référées d’autres centres>>. Devait souligner monsieur PIERRE JOSEPH FOUDA.

UN AIR DE GREVE

Dans son allocution de circonstance, le Ministre de la santé a révélé que le Président de la République a félicité les hôpitaux dont l’HCY pour le professionnalisme dont ils ont fait preuve dans la prise en charge des victimes de l’accident ferroviaire d’Eséka, à travers la bonne gestion des blessés et des corps non identifiés.

M. André Mama Fouda s’est ensuite appesanti sur le rôle des syndicalistes qui devraient préserver la paix à travers le dialogue et le respect des textes en vigueur. Il s’est félicité en présence des têtes d’affiche du SYNPEM et de CAP Liberté, les deux principaux syndicats des médico-sanitaires avec lesquels des avancées significatives ont été réalisées grâceà ce décret du Premier Ministre sur les quotes- parts ainsi que les changements des libellés des diplômes. Le Minsanté a appelé les délégués du personnel à mener une lutte sans merci contre la corruption, le détournement des malades, l’absentéisme et la  vente illicite des médicaments. Il a interpelé les médias à ne pas déteindre le travail des ouvriers de la santé des propos diffamatoires.

Après le départ des autorités parmi lesquelles figurait le Président du comité de gestion de l’hôpital, M.GILBERT TSIMI EVOUNA, le directeur de l’hôpital central a communié avec les personnels autour de leur buffet. Il leur a réitéré sa confiance, car ce sont eux qui font la fierté, le prestige et la renommée de l’hôpital central de Yaoundé, << la mère des hôpitaux>>.

 
CATASTROPHE D’ESEKA PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 29 Octobre 2016 07:20

LES DONS ET LES DONATEURS

Le déferlement

Du 25 octobre au 11 novembre 2016 l’hôpital Central de Yaoundé a connu des visites inaccoutumées. Celles des personnes, des groupes de personnes, des associations, des ONG, des confessions religieuses, des établissements bancaires, des institutions corporatives … qui ont manifesté leur solidarité et leur sympathie envers les victimes de l’accident ferroviaire du 21 octobre 2016 à Eséka. Ainsi que leur soutien et leurs encouragements aux personnels soignants et aux responsables de l’hôpital.

Certains blessés sont sortis de l’hôpital  mais d’autres demeurent encore internées  pour la plupart pour polytraumatismes.

Évalues à près de 200 à ce jour, les associations ou groupes d’associations sont arrivés d’abord lentement, puis de plus en plus nombreux, jusqu'à leur déferlement. Était-ce par mimétisme médiatique ? Par effet de mode ? Ou véritable élan de solidarité nationale ? Bon an, mal an, les catastrophes naturelles ou non ont très souvent constitué le renforcement du ciment de solidarité nationale des peuples .L’on déplore néanmoins le comportement de certains donateurs qui tenaient à remettre tout aux malades, même les médicaments  et les détergents.

Et le vingt- et- un octobre deux mil dix-sept, lorsqu’on célèbrera le premier anniversaire de la catastrophe d’Eséka, le devoir de mémoire nous appellera à relever entre autre ces quelques deux pertinences.

D’abord, le passage remarqué et remarquable de l’Eglise catholique romaine représentée par sa tête de proue ce 10 novembre 2016 à l’hôpital central de Yaoundé, Mgr SAMUEL KLEDA, archevêque de Douala, et  président de la Conférence Episcopale du Cameroun. Au cours de la célébration de la parole, et dans le cadre bien compris de la clôture de l’année de la miséricorde proclamée par le Pape François, visiteurs et hôte du jour ont longuement disserté sur la thématique de la miséricorde. Pour les uns comme pour les autres, la miséricorde appelle la pitié, la compassion, la vertu qui porte à avoir pitié des autres, à avoir la compassion des misères d’autrui et à souhaiter les soulager. Enfin, la miséricorde s’apparente à la bonté par laquelle Dieu accorde le pardon aux hommes et aux pécheurs.

Ensuite, il est à relever le passage à l’Hôpital Central de Yaoundé de la CAMNA. Le Cameroun Nurses Association est basée aux Etats Unis d’Amérique du Nord. A travers leurs parents et amis au Cameroun, les membres de la CAMNA installés et travaillant au pays de l’Oncle Sam se sont déclaré de tout cœur avec les familles et les personnes touchées par la catastrophe d’Eséka. Un lot de médicaments de première nécessité et des denrées alimentaires ont constitué l’essentiel de leur contribution. Et de manière spécifique, un carton d’aliments et un jeu de jouets ont été offert au petit YONGA FRANCOIS âgé de neuf (9) mois et cloué au lit pour fracture aux membres inférieurs. Le sourire du jeune malade a arraché les applaudissements des donateurs qui ont souhaité bon courage à l’équipe des traitants et un prompt rétablissement à tous les patients.

 
COOPERATION ET NEONATALOGIE PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 18 Janvier 2016 14:11

Atelier  de la formation de laborantins

Du 07 au 11 novembre 2016, la salle des conférences LAURENCE VERGNE de l’Hôpital  Central de Yaoundé a abrité les travaux de l’atelier de formation des biologistes,ingénieurs et techniciens de laboratoire du Laboratoire National de Santé Publique. La rencontre avait pour objectif le renforcement de la gestion des laboratoires dans la perspective d’une accréditation (SLMTA).Elle a bénéficié de l’appui du MINISANTE, du Global HealthSystems Solutions, de METABIOTA, de  Department of Health and Human Services-USA et de CDC ,Centers for Disease Control and Prevention.

Cliquez pour Lire     NEONATALOGIE

 
REGARD SUR LE DIABETE ET LUTTE CONTRE LE SIDA ET LES HEPATITES PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 18 Janvier 2016 07:44

C’est le thème de la 26ème journée mondiale du diabète célébrée comme chaque année  le 14 novembre 2016. Théatre principale de l’activité au Cameroun : L’hôpital central de Yaoundé(HCY) qui a accueilli tout le grand gratin en charge de la santé publique à savoir le ministre lui-même et le secrétaire d’Etat à la santé publique, spécialisé dans les questions d’endémies et de pandémies.

Leçons des choses. L’on a beaucoup appris sur la maladie 1.500 .000 personnes dans le monde meurent de diabète chaque année. Au Cameroun la prévalence de la maladie se situe 6,7 % soit près d’un million de personnes atteintes par la maladie et qui s’ignorent pour  la plupart. Et que les dépenses mensuelles de la maladie s’élèvent à 75.000frs par malade et par mois quand il n’y a pas de complications  L’on a relevé l’existence de neuf clinique diabétique seulement dans un pays qui devrait en compter plus ,au moins une clinique pour chacune des dix régions .

 

Sur tout un autre plan, la société civile n’est pas restée les bras croisés puisque existe l’ACADIAH (Association Camerounaise des diabétiques et hypertendus) dont lesiège se trouve à la Maison des diabétiques à Tsinga, Yaoundé II .Et depuis 2013est née l’Association des jeunes diabétiques qui a plaidé longuement pour la gratuité de l’insuline a tous les insulino-dépendants . Déjà ,avec l’intervention des Laboratoires Novo Nordisk, les enfants diabétiques jusqu'à 21 ans sont pris en charge gratuitement (insuline et contrôle du diabète) dans son programme « changingdiabetes in children » qui arrive malheureusement à expiration en 2017.

Le Scoop. Dans son mot de bienvenue et de la bouche  même du Prof. Pierre Joseph Fouda ,Directeur de l’hôpital central de Yaoundé, nous avons appris que l’importance du centre de diabétologie de son institution a été reconnue comme l’un des meilleur en Afrique par l’hebdomadaire indépendant JEUNE AFRIQUE n°2913 du 12 novembre 2016 . Un centre du reste spécialisé dans la prise en charge du pied diabétique et des enfants diabétiques.

 

Coiffé par le Prof Jean-Claude Mbanya dont la renommée internationale en matière d’endocrinologie est établie, le centre de diabète   de l’HCY a vu s’enrichir son plateau technique d’un important équipement D10 offert par Novo Nordisk. Ledit équipement permet le dosage de l’hémoglobine gliquée en trois petites minutes ainsi que l’analyse des données de dix patients simultanément. Hormis les problèmes de maintenance et d’entretien, le nouvel appareil ajoutera certainement un plus dans la performance de la diabétoqui enregistre annuellement  10.000 nouveaux cas de diabète pour 30 000 consultations. Enfin l’on a révélé pour souligner que l’on peut vivre vieux avec le diabète, par exemple, la doyenne d’âge de l’ACADIAH trône aujourd’hui sur ses 95 ans.

Combattre l’épidémie des temps modernes. Le diabète se définit comme une maladie métabolique avec surtout pour des complications très graves s’il n’est pas dépisté et pris en charge à temps. Il est donc question d’en élargir la prévention par une alimentation équilibrée, par la pratique du sport pour combattre la sédentarité.  Il est aussi question de renforcer les soins et d’intensifier la surveillance, attitudes essentielles pour la gestion durables de tout type de diabète.

 

Cliquez pour Lire LUTTE CONTRE LE SIDA ET LES HEPATITES

 

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/hopitalc/public_html/templates/hc/html/pagination.php on line 130

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/hopitalc/public_html/templates/hc/html/pagination.php on line 136

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/hopitalc/public_html/templates/hc/html/pagination.php on line 130

Warning: Illegal string offset 'active' in /home/hopitalc/public_html/templates/hc/html/pagination.php on line 136
« DébutPrécédent12SuivantFin »

Page 1 sur 2